Seul lAmour restera !

2 Les glises chrtiennes


2 2 Si la spiritualit chrtienne est de nature suprieure celle des autres religions, pourquoi nobtient-elle pas de meilleurs rsultats ?


Ce nest pas parce que le moyen mis la disposition de chacun est suprieur, quil est bien utilis. Certains diraient en cela que  lennemi , appel par ailleurs Satan, le matre de notre nature animale, les attaque davantage, puisquil a plus perdre dun milieu spirituel divin que dun milieu charnel dont il est le matre. Cela nest pas totalement faux, mais pas une excuse, car si le dsir de ceux qui veulent suivre Dieu est formel, lennemi fait toujours une uvre qui le trompe, ses dfaites servant de marchepied notre lvation spirituelle. Se placer en victime de lEnnemi de nos mes, ne sert en ralit qu justifier notre incomptence ne pas savoir utiliser un cur cur avec Dieu, pour faire sa volont et non la ntre, mais galement valoriser Satan, que lon pourrait considrer de ce fait, suprieur ou au minimum lgal de Dieu.

Il nous est ais daffirmer en paroles faire la volont de Dieu, mais nagir en fait que dans une simple apparence charnelle de bon chrtien et discrditer ainsi celui que nous tentons de valoriser. Cest pourquoi celui qui savance, disant reprsenter Dieu, comme le fait lglise en gnral, et plus particulirement toute glise chrtienne, peut plus facilement discrditer Dieu que le justifier aux yeux de la majorit. Plus nous nous approchons en effet du rel  caractre  de Dieu, plus nous sommes susceptibles de le discrditer ; non pas cause de lui, mais de nos prsomptions.

Ces prsomptions commencent dj dans notre nature charnelle, qui nous donne limpression intellectuelle quelle peut faire tout aussi bien, que nous soyons ou non dote du baptme du Saint-Esprit, et quel que soit la faon de grer ce que nous enseigne le Saint-Esprit lui-mme. Cest confondre nos capacits danalyses intellectuelles, accompagnes de toute notre bonne volont, et notre nature spirituelle elle-mme. Tenter de faire fonctionner la logique spirituelle partir dune logique charnelle, cest tenter de faire lire un disque vinyle 33 tours par un lecteur CD ou rciproquement. Sans le baptme du Saint-Esprit, il est en effet impossible dentrer dans cette nouvelle logique, raison pour laquelle les glises chrtiennes qui nenseignent pas le baptme du Saint-Esprit sur lensemble des sujets, mais seulement sur les serviteurs destins au ministre, maintiennent lensemble de lglise dans une dimension charnelle rgente plus ou moins svrement.

Seuls, ceux qui rechercheront alors intuitivement Dieu dans une forme de cur cur, recevrons parfois sans mme le savoir ce don du Saint-Esprit, ce qui les mettra presque invitablement dans lidoltrie du ministre ou loppos, dans le conflit. Cela conduit une dilution de lEsprit Saint la faveur de lesprit charnel, mme sil est bon de rester dans lquilibre et de ne pas  tomber dans aucun excs. Heureusement pour ceux-l, nous pouvons dire avec certitude que Dieu nattend pas que lhomme soit enseign de lexistence du Baptme du Saint-Esprit pour len pourvoir, si celui-ci reconnat sincrement en Jsus son Sauveur Personnel et Seigneur de sa vie.

Ce manque denseignement nest pas bon, mais il y a pire : Cest enseigner, ou mme simplement laisser supposer, que le Baptme du Saint-Esprit est une fin en soi, un peu comme si notre nature ancienne tait transforme instantanment dans la nature mme de Dieu, et que le plus du Saint-Esprit allait alors nous faire passer dans une dimension presque suprieure. Cest une mconnaissance de nous-mmes qui conduit de telles interprtations. Si le Saint-Esprit envahit sans doute toute la dimension de notre Petit Cerveau du Cur, lors du baptme dans le Saint-Esprit, et apporte temporairement ce qui est gnralement appel, la joie ou le feu du premier Amour, bien que fondamental, il nest que louverture la rcriture plus ou moins grande de lesprit charnel construit pralablement dans le cerveau, afin de nous apporter lquilibre voulu par Dieu.

Il est certes vrai que le baptme du Saint-Esprit est une fin en soi, pour celui qui le reoit dans les conditions du brigand sur la croix, mais cet enseignement devient presque une hrsie, et au minimum un puissant leurre de lennemi, pour celui qui reoit ce Baptme du Saint-Esprit au cours de sa vie, afin de travailler par la Foi, un renouvellement aussi profond que possible de lesprit de nature humaine, construit et difi dans son cerveau.

Il est dangereux et presque criminel denseigner la Grce du Saint-Esprit sous une forme de supriorit chrtienne, qui conduit lhomme se croire arriv avant dtre parti. Cest ce moment que celui qui aura donn raison lenseignement faisant lamalgame de deux situations opposes, comme peuvent ltre la mort du brigand sur la croix et la vie de tous les jours, utilisera le nom de Dieu en vain, et deviendra coupable envers le troisime commandement de Dieu. Cest comme appuyer sur la tte dun nouveau-n dans son bain, et lentraner la confusion entre foi et prsomptions, dsirs charnels et volont de Dieu, voir orgueil et suprmatie de Dieu, cest comme usurper la Gloire Dieu. Dieu sera certes toujours l, pour tenter douvrir les yeux la personne sincre dans lerreur, mais bien des guerres et des mauvais tmoignages pourraient tre vits. Le malheur nest certes pas trop grand, lorsquil sadresse des hommes inconnus, mais peut devenir la source de bien des dsastres, sil sadresse une personne faible dont le pouvoir est grand parmi les nations.

Le Saint-Esprit ne se trouve jamais dans nos curs afin de nous permettre de dmontrer notre supriorit sur les autres hommes, attitude que Jsus na jamais eue sur terre, mais bien au contraire pour nous aider dpasser nos erreurs charnelles avec douceur et vrit. Cest une grce supplmentaire accorde par Dieu lhomme, afin que nous puissions entrer dans la nature mme de Dieu, de Srnit et dAmour. Aprs chaque pas de foi qui nous rend vainqueur de notre ancienne nature, nous dcouvrons nous-mmes que la loi de Dieu, en rapport  sa  victoire en nous, se trouve alors inscrite tout au fond de notre cur, selon un merveillement de bon sens qui devient alors vident.  

Dieu veut nous rendre participatifs sa Gloire, mais dans lhumilit seulement.

Certainement lavez-vous compris sans que nous ayons le dire,  si la supriorit de Christ nest pas plus souvent mise en vidence, par rapport aux religions idoltres ou charnelles, cest cause de nos prsomptions et de notre orgueil, donc de notre nature humaine. Cest ainsi que ceux qui agissent avec beaucoup moins datouts que nous, obtiennent parfois de bien meilleurs rsultats, car motivs souvent par la seule rcompense charnelle.

Que Dieu nous pardonne !