ѡ

 

Le paradoxe de lglise


Bien des paradoxes de lglise pourraient tre cits, mais il ny a rien dtonnant cela puisque la vie de chacun est souvent remplie de contradictions et que nous formons ce qui est appel lglise.

Le premier serait donc pour nous, la critique gratuite de lglise, puisque ce serait scier la branche de larbre sur laquelle nous sommes assis.

Il est vrai quau fil des sicles nous ne serions pas les premiers, car combien dglises de par le monde encore aujourdhui sont rellement conscientes dagir ainsi, lorsquelles combattent le monde Juif. Elles coupent elles-mmes le pied de larbre sur lequel elles sont greffes. Comment pourront-elles recevoir la vritable nourriture de Dieu ? Elles ne reoivent alors que la condamnation de reproduire les erreurs de ceux quelles jugent. Jsus tait le plus Juif parmi les Juifs, puisquil est venu  ACCOMPLIR  la Loi Juive donne par Dieu Mose. Alors attention de ne pas faire de lglise un parti pris que Dieu rprouve. Le peuple Juif est le Peuple Élu et le restera car Dieu, LÉternel Je Suis est le Dieu qui tient ses promesses !

Cest ainsi que LÉternel, le Dieu de nos pres a bti la France qui lui a t donn par son Roi, Clovis, et que nous entendons bon nombre de chrtiens franais critiquer leur propre pays. La France comme tout homme ou toute nation est faite de spirituel et de charnel. Le problme vient lorsque les personnes spirituelles ne font pas ce que Dieu leur demande par la foi et laissent accomplir aux autres ce quelles devraient instituer elles-mmes. Cest ce qui sest pass en France, particulirement depuis 1936, grand dbut des lois sociales qui se trouvent avoir t accomplies par ceux qui ne reconnaissaient gnralement pas Dieu. Était-ce la faute de ceux qui ne connaissaient pas Dieu ou bien plutt cause des personnes  spirituelles  qui se sont elles-mmes laisses piger donner raison leurs extrmismes cupides, plus qu' l'Amour de leur prochain comme Dieu l'eut souhait ?

Cette glise qui utilise si souvent les promesses de Jsus  Et la vrit vous rendra libre , pour faire de ses adeptes des esclaves plus attachs lglise qu Dieu Lui-mme, nest pas sans erreurs. La preuve, nous en faisons parti.

Nous dirons donc que le parfait existe en Dieu et non en lhomme, mais quil appartient chacun de rester vigilant mettre en avant SA FOI plutt que son npotisme inconditionnel pour lglise. Le chrtien est celui qui devrait le plus utiliser sa foi, alors quil est le premier ne suivre que lenseignement, lenseignement et encore lenseignement. Comment pourra-t-il tre agrable Dieu, puisque seule notre foi le suivre, lui est agrable ?

Nous ne rpondrons pas cette question, car il appartient chacun de mettre en pratique sa foi avec laide de Dieu, que ce soit au sein de lglise ou hors de lglise, mais attention dhonorer Dieu avant lglise. Ce serait sinon le plus grand des paradoxes, suivre lhomme pour trouver Dieu...