ѡ

 

SCIENCE ET FOI

2 Le Petit Cerveau du Cur.


2 3 En Jean 14-23 Jsus parlant de Lui et du Pre, dit :  Nous viendrons lui, et nous ferons notre demeure chez  lui !  Parlait-il de notre maison ou bien plutt de notre Petit Cerveau du Cur ?


Afin de ne pas crer une polmique qui naurait pas lieu dexister, nous allons tout de suite poser les limites de ce que pourrait tre cette  antenne , ce  petit cerveau du cur . Certains se prennent peut-tre rver dextraterrestres et dautres se voient partir en guerre contre ceux qui porteraient une antenne en guise de chapeau. Il va de soi quil ne sagit pas de cela, car ce serait alors ouvrir une trs grande porte au spiritisme et pourquoi pas la schizophrnie.

Le dernier point que nous avons soulev dans le paragraphe prcdent au sujet de regarder cet organe comme une forme dantenne, est le champ magntique mis au niveau de cet organe, ce qui peut en surprendre certains. Il est vrai que des prjugs contraires cette constatation, peuvent tre lis aux enseignements de certaines cultures orientales, qui auraient tendance situer un tel phnomne en avant du cerveau crnien, ou encore si nous tenions compte de lensemble de notre masse corporelle comme tant gnratrice de ce phnomne, cette hypothse le situerait alors au niveau de notre centre de gravit, donc aux environs du nombril. De plus, nous ne devons pas oublier que les neurones contenus dans nos intestins sont beaucoup plus nombreux que ceux placs prs du cur et quils accentueraient immanquablement le phnomne de champ magntique vers le bas du corps, si lactivit neuronale non protge par la boite crnienne tait la source de ce champ magntique. Ce nest donc pas un hasard si notre champ magntique est centr sur notre Petit Cerveau du Cur, et que ce phnomne extrieur mesurable, confirme nos perceptions lies lactivit de cet organe. Son utilit semble donc aussi multiple que peuvent ltre nos perceptions sensorielles lies aux sensations de notre  cur , tel par exemple les perceptions de bien-tre ou mal-tre en prsence rapproche ou non avec certaines personnes ou selon le contexte et lenvironnement rencontr. Nous devons galement ne pas perdre de vue limportance de nos sensations de plnitude ou non du cur, qui sont le rvlateur personnel de notre spiritualit en accord plus ou moins troit avec lEsprit de Dieu.

Si nous faisons en effet un rapprochement avec les textes bibliques, quand Jsus annonce en Jean 14-23 Si quelquun maime, il gardera ma parole, et mon Pre laimera; nous viendrons lui, et nous ferons notre demeure chez lui. , il nous est ais de comprendre quil ne parle pas plus de venir habiter notre muscle cardiaque que dun dialogue entre la plante Mars et la Terre. Ce verset biblique marque bien au contraire, la ncessit dun contact troit entre les deux cerveaux, son Esprit venant habiter les neurones de notre cur par lintermdiaire dun  logiciel  li au Saint-Esprit. Ce petit cerveau du cur prend alors plus laspect dun guide pour le cerveau crnien, et cest ce qui fait que ds lors o Jsus a install son logiciel dans notre Petit Cerveau du Cur, en lieu et place de celui ou ceux existant charnellement pralablement, plus nous lui laissons de possibilits de directives, plus il procure la paix et la cohrence cardiaque dans les moments difficiles, mais aussi plus il apporte des directives cohrentes en rapport avec lEsprit de Dieu, pour grer notre vie de tous les jours. De toute vidence et selon notre exprience vcu, le rsultat de cette nouvelle criture, de ce nouveau logiciel spirituel, situ dans les neurones de notre Petit Cerveau du Cur, est bibliquement appel le Baptme du Saint-Esprit (Voir LEffet Boomerang chapitre 8 ou La France et Dieu).

Afin de ne choquer personne par lemploi de ce mot  spirituel , rappelons galement que le domaine spirituel nest pas une chose abstraite li aux dlires des gens religieux, mais se trouve premirement en nous par ce que nous appelons plus gnralement le subconscient. Comme nous lavons dj vu au chapitre 1-5, lbauche de notre construction psychologique situ au niveau du cerveau limbique, se trouve cr ltat de ftus, par les interprtations des expriences vcues au sein de notre mre, selon les critres de notre gntique, puis llagage neuronal prnatal qui suit. Il serait peut-tre plus judicieux ce stade, de parler de  nos esprits , car chacun sait quun tre humain ne se construit pas sur une seule exprience et sur un seul mode de raction. Si donc, nous parlons de spirituel et dantenne, il ne sagit plus ncessairement dune antenne mettrice rceptrice dondes radio, mais plutt dun systme sensoriel complet, dont la fonction serait un guide spirituel mis notre disposition auquel nous pouvons donner raison ou non.

Au travers de cette approche et de notre exprience vcue, relate principalement dans LEffet Boomerang partir du chapitre huit, nous pouvons dores et dj tre convaincus que cest bien dans la confiance que nous accordons la perceptions mise par cet  organe , lorsque celui-ci est rinitialis selon Jsus, que nous pouvons avancer dans nos expriences de foi en communion avec Dieu, au-del de notre logique charnelle et nous laisser conduire progressivement vers une complte reconstruction de notre tre mental. Cest ainsi que nous pouvons vivre spirituellement dans le cur ce que les hbreux vcurent physiquement leur sortie dÉgypte (Exode 13) durant lAncien Testament, lorsquils devaient suivre la colonne de nue le jour et la colonne de feu la nuit.  

Si nous parlons allgrement du domaine spirituel suprieur quest Jsus, et indirectement donc du bien fond daller vers lAmour de son prochain, nous ne devons pas oublier toutes les autres attirances humaines, spirituelles ou non, vers lesquelles lhomme aspire davancer parfois plus que dautres. Dieu nous aime, et souhaite que nous  aspirions  cent pour cent lui. Comment aurait-il donc pu oublier de  nous doter dun systme nous permettant dtre guid vers nos  aspirations  ? Nous avons certes la possibilit de nous tourner vers dautres attraits et chacun va vers ce quil considre tre le meilleur pour lui. Cest partir de ce type de dduction que nous percevons alors facilement do nous provient cette perception de nous ressentir mieux dans un environnement que dans lautre, ainsi que dans la prsence  dune personne ou de lautre. Toute matire met effectivement une longueur donde, ainsi que toute pense, toute couleur, tout organe malade ou en bonne sant, et cest vraisemblablement par cet organe, que nous recevons un certain discernement dinscurit ou dassurance, au-del de nos analyses intellectuelles, mme si sa subjectivit est trs alatoire en rapport nos autres organes sensoriels.

Comme tout systme sensoriel, celui-ci se trouve plus ou moins fiable selon lindividu, ses motivations, et lesprit caractre animal ou lEsprit caractre suprieur qui le gre. Au-del de nos perceptions visuelles, auditives, ou tactiles, ce serait donc de lui que nous viendrait certaines perceptions plus ou moins assujetties la nature de son logiciel, qui se traduisent dans la vie courante par  une bulle de protection  envers certaines personnes plus que dautres, dans une dimension qui est propre chacun et souvent lies au contexte environnant. Cette bulle de protection nest en ralit que la distance laquelle il nous est possible de nous laisser approcher par une personne plus ou moins connue ou plus ou moins en accord avec nous-mmes, sans nous percevoir agress ou pris en otage. Nous pouvons galement le remarquer dans la vie courante, par la distance qui nous est plus ou moins ncessaire en fonction de ltat desprits dans laquelle se trouve une personne, alors que dans dautres moments nous nous sentons comme attirs par elle. Ce serait donc partir de ce petit cerveau du cur, au-del de nos autres organes sensoriels et de nos analyses intellectuelles, quil nous est possible daccorder notre confiance certaines personnes plus qu dautres, mais aussi certains contextes plus que dautres. Cela mettrait dailleurs en vidence, aprs confirmation scientifique, que plus il est de nature leve, plus il est utilisable bon escient, et dans une bonne harmonie conjugue avec notre cerveau crnien.