CHAPITRE 6


Et lÉglise devint lÉpouse de Christ !


Le peuple rachet ne doit pas tre divis pour pouvoir porter du fruit selon Dieu, car la part de socit qui met en pratique sa vie socitale selon les prceptes enseigns par lglise, est l pour apporter celle-ci ce que le mari apporte la femme dans le couple. Cest pourquoi nous devons revenir quelque peu en arrire pour regarder ce quest lglise, afin de ne pas attribuer la valeur  dÉglises  lensemble de celles-ci, comme il est coutume de le faire, plutt qu lensemble des binmes glises / socits.

Comme chacun sait, lglise nest pas le btiment du mme nom, mais lensemble de tous les chrtiens travaillant sortir le peuple rachet dÉgypte. Toute personne, tout couple dans lglise est donc appele  gntiquement  travailler selon un mode XX, dans le meilleur choix desprit et sentiments originels possibles, quil sagisse de son ou ses guides spirituels, ou de lensemble des personnes la constituant. Pour les personnes ou les couples dont lappel de Dieu correspond une fonction XY, il en va donc de mme durant leur temps de formation au dsert, gnralement durant leur enfance, sauf quils seront appels quitter lglise leur maturit spirituelle, sans pour autant se dtourner des valeurs spirituelles X enseignes par celle-ci. Sil en est ainsi ce nest pas quils ne fassent plus partie du peuple de Dieu, comme nous lavons regard, mais bien pour que lappel correspondant leur  gntique  soit respect. Il en va en effet de mme pour lglise que dans le corps humain, car il ne serait pas possible quune cellule XY puisse vivre et se multiplier dans un corps XX, sans crer des difficults de survie lun des deux, voir aux deux. Cest aussi pourquoi chaque cellule de lglise, quest lindividu ou le couple dans celle-ci, ne peut fonctionner que dans lappel de Dieu la vocation qui lui est attribue et ne peut voluer spirituellement sans une complmentarit, lui apportant le soutien la faiblesse gnre par sa spcificit.

Comme nous lavons dj dit, et comme il en va de tout humain, homme ou femme, lerreur de lglise est de croire que si tous les autres lui donnaient raison dans sa faon de percevoir les choses, mais surtout dagir en consquence et dans les proportions quelle envisage, tout serait merveilleusement vcu dans une harmonie sans fin avec le Saint-Esprit de Dieu.

Cest l une erreur fondamentale et un gocentrisme charnel, qui nest pas spcifique lglise, mais la nature originelle de tout humain, car dans sa sincrit, la part de socit complmentaire lglise est parfois tout aussi charnelle dans ses ractions, bien quen opposition aux valeurs divine. Cest cette socit qui est appele entrer dans la bonne mise en pratique des voies divines, en vue de sortir un jour de la tutelle de Satan, mais ce nest pas pour autant quelle place toujours tous les critres de la parole de Dieu dans le bon sens. Tous ces garements conduisent des querelles bien comprhensibles, mais ce nest pas pour autant que chacun soit juste devant Dieu, puisque chacun reste encore aujourdhui dans une part charnelle de lui-mme. Heureusement pour nous, comme il en est depuis les dbuts de lhomo sapiens, Dieu nous regarde au travers de notre sincrit et depuis quIl a donn Jsus, Il attend de nous que nous nessayions pas de faire par nous-mmes, ce quIl veut Lui-mme nous donner. Ce nest pas pour autant quIl ne tente pas de nous faire prendre conscience les uns et les autres, de nos erreurs respectives, car cest l son objectif pour chacun, afin que bientt, nous puissions tous vivre en paix.

Dieu ne veut pas que nous utilisions nos individualits comme des valeurs fondamentales, afin de contenir lhumanit sur les bases de valeurs qui lui sont indispensables, mais aussi pour la sortir terme, de la tutelle de Satan. Sans cette scurit spirituelle dans laquelle chacun a besoin de lautre, il serait facile aux plus forts dimposer dfinitivement cette force sur tout autre, tout comme il serait possible aux plus sducteurs, de valoriser leurs propres travers pour les faire accepter de tous, quils soient hommes ou femmes, glises ou socits. Nous ne pouvons pas nier que ce soit dj en partie le cas dans nos diverses socits et depuis toute ternit. Le fait cependant, quil puisse y avoir une modration aujourdhui par des socits caractre dmocratique, prouve bien que les barrires spirituelles de notre gntique, ont toujours t efficaces viter une dviation trop profonde de lhumanit, vers des penchants naturels des uns ou des autres. Ces penchants naturels ne sont dailleurs pas dus uniquement au caractre gocentrique de leurs principaux reprsentants, mais galement la part didoltrie provenant de lensemble de la socit, qui comprend alors lglise. La structure la plus dcrie quest souvent lglise, devient ainsi indispensable son binme et cest pourquoi lhomme et la femme, tout comme les structures socitales et lglise, sont si souvent en dsaccord, mais se recherchent sans cesse par ncessit de survie.

La constitution de lglise reprsente donc une difficult majeure, tant donn que son rle est dapporter la socit les valeurs divines fondamentales, que la femme apporte au mari, selon le terme  ezer kenegdo  dans le couple. Ce qui est donc vrai pour la femme, lest galement pour lglise, car si ce sont elles qui apportent les valeurs divines tant dans le couple, que dans la socit, ce nest pas pour autant que ce soit elles den imposer la mise en pratique selon leurs propres mises en application. Cela ne veut surtout pas dire que tous leurs agissements seront toujours contestables devant Dieu, car sils reprsentent la vision charnelle de la bonne mise en pratique, ils sapprochent toutefois de la volont divine tant que la part de la socit qui lui est attache ne la pas mise en pratique sous la conduite du Saint-Esprit.

Nous devons donc regarder sans la condamner la difficult structurelle de lglise, au travers des valeurs fondamentales quelle se doit dapporter, comme la femme y est confronte dans le couple. Si la femme est seule les apporter dans le couple, ces valeurs risquent en effet dtre multiplies lexcs dans lglise, par la coalition de lhomme et de la femme appels lun et lautre un mme type de fonctionnement XX. Cela conduit les plus charnels sallier dans une mauvaise mise en pratique et sortir de leur rle de sentinelle envers la socit, en y pratiquant un rle de gnral en chef. Cela ne veut pas dire que les mises en pratique de la parole de Dieu dans lglise seront toujours dans un sens autoritaire, car les comportements dltres peuvent tre tout aussi perfides, tant donn quils conduisent une tideur spirituelle. Quelque soit lorientation de lerreur, lorsquil y a alliance des comportements au profit des spcificits de lun ou de lautre par idoltrie, les deux se soutiennent dans les erreurs de leur logique charnelle et imposent au nom de Dieu, lensemble de la socit et de lglise, ce que Satan va pouvoir multiplier au travers de leur coalition.

Il est bien vident que cest l, la source de tout intgrisme, quil sagisse de la prise de pouvoir par lglise pour imposer son interprtation de la parole de Dieu la socit, tout autant quil peut en aller loppos par un crasement des valeurs de lglise au profit de linterprtation du reste de la socit, hors des valeurs divines. Si dans ce dernier cas, la situation nest plus considre comme un intgrisme, le rsultat est peu diffrent, car terme, les idologies humaines agissent sur la socit exactement comme les religions intgristes le font.

Comme la femme, lglise nest donc pas infaillible et cest pourquoi, lglise dsireuse de faire la volont divine, plutt que la sienne, doit rester vigilante ne pas se structurer de faon pouvoir produire quelque intgrisme que ce soit, comme  le signalait dj laptre Paul dans 1 corinthiens 11 -17/19 :  En donnant cet avertissement, ce que je ne loue point, c'est que vous vous assemblez, non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires. Et d'abord, j'apprends que, lorsque vous vous runissez en assemble, il y a parmi vous des divisions, et je le crois en partie, car il faut qu'il y ait aussi des sectes parmi vous, afin que ceux qui sont approuvs soient reconnus comme tels au milieu de vous. 

Si cet enseignement sadresse lglise, son impact sur la socit environnante, conduit celle-ci adopter de mauvaises rgles comme valeurs fondamentales et gnre terme, soit des intgrismes, soit des comportements seulement humanistes sur lensemble de la socit. La socit considre alors devenir meilleure que Dieu et cest alors que chacun na plus besoin de Dieu pour tre  bon  selon lui, mais multiplient outrances les petits dieux que lennemi de son me donne chacun limpression dtre pour faire la guerre aux autres.

Cest en cela que lhistoire humaine se rpte sans fin, car ce nest pas pour faire le mal aux autres que les plus grandes guerres existent, mais pour apporter le meilleur de ce que chacun croit devoir imposer lautre, par auto protection pour lui-mme et ventuellement ceux quil aime et devient de ce fait un dictateur pour pouvoir vivre en paix.

Cest aussi pourquoi, Dieu veut apporter sa nature chacun de ceux qui dsirent individuellement faire sa volont, dans une relle intgrit conduite par le Saint-Esprit de Dieu et non leur logique charnelle ancestrale. Tout ce que Dieu souhaite apporter pour la mise en place du retour de Christ, existe dj dans les grandes lignes sur terre, mais la perfection divine lui manque encore aujourdhui.

Personne na ce jour atteint cette perfection manifeste il y a deux milles ans par Christ et cest pourquoi chacun doit commencer par vouloir revtir la nature divine de son Saint-Esprit dans son cur, mais galement vouloir avancer dans la rcriture de son esprit et ses sentiments.

Si nous pouvons donner limpression de nous rpter sans cesse, cest aussi afin que ceux qui ont t touchs du Saint-Esprit, souvent dans leur jeune ge et nont pas su en comprendre limportance dans leur vie socitale, sachent ne pas se dtacher des valeurs chrtiennes mise en pratique dans nos socits dmocratiques.

Il nest pas possible datteindre la perfection divine par nous-mmes, sous lemprise du devoir dune socit autoritaire se bien comporter et non dans le dsir individuel du bon comportement en le demandant Jsus au bon moment et lorsque nous sommes dans le bon sentiment.

Ce sont l les conditions cin-qua-non et celles-ci passent non seulement par la reconnaissance de la place de lglise dans la socit, comme celle de la femme dans le couple, mais galement dans le dsir de la soutenir, afin de pouvoir lui apporter la bonne mise en pratique des valeurs quelle recherche sans pouvoir gntiquement lapporter elle-mme.

Jsus Aime son Église, mais naime pas toujours ce quelle fait ! Il faut donc que chacun se laisse convaincre den rechercher les valeurs fondamentales avec laide du Saint-Esprit de Dieu, que ce soit dans lglise comme dans la socit, sachant que cest cette dernire den accomplir la bonne mise en pratique.

Jsus na pas donner sa vie la Croix pour lhumanit entire parce que cette humanit tait dj parfaite et ainsi que le mari doit savoir aim son pouse comme Christ aime son Église, la socit doit savoir apprcier lglise pour les valeurs que celle-ci lui a apportes. Nos socits occidentales en sont le parfait reflet, car elles ne seraient pas ce quelles sont aujourdhui, sans les tentatives de nos pres de mettre en pratique les enseignements de lglise de Christ. Cela ne fut pas toujours parfait et le chemin des erreurs serait long dcrire, mais celui qui, dans sa prsomption charnelle, croit pouvoir condamner ce que nos glises ont cr, risque bien de faire pire et mme de tout dtruire.

Ni lune ni lautre, de la socit ou de lglise, ne fut certes la hauteur de ce que nous croyons juste aujourdhui, mais ce que nous croyons juste risque de ne pas ltre au regard de Dieu si nous ne sommes pas son coute ou en contredisons les prceptes. Ni lglise, ni la socit ne peut devenir plus juste sans laide du Saint-Esprit de Dieu sur chacun. Si nous voyons aujourdhui tant de migrations au travers desquelles chacun recherche le rsultat de ce que nous sommes hritiers, ce nest pas grce nous, mais nos pres qui ont recherch les valeurs divines pour nous les transmettre. Si nous ne savons pas perptrer et rendre pure ce quils nous ont transmis dapprochant, nous seront quitte pour retourner en arrire, vivre avec lantchrist ses derniers temps sur terre.

Il ne nous appartient pas de juger lglise ou la socit, mais de faire nous-mmes la volont divine dans la communion avec le Saint-Esprit et non par les interprtations charnelles mises en place par lennemi de nos mes en nous. Sans doute nous faudra-t-il retourner au  temple  quelque peu, mais la Grce divine veut nous conduire nous aimer les uns les autres comme Il nous a aims et ce nest pas autrement que par la NATURE de Christ, dans son cur et son cerveau, que lÉglise deviendra lÉpouse de Christ.